Nous…

Pilier du sport automobile en Belgique !
Rétrorganisation est né par… hasard.
En 1973, alors que la pratique du sport automobile était réservée à des niveaux de prestige, le manque sévère de niveau amateur se faisait sentir dans toutes les disciplines. Et particulièrement en circuit.
Pourtant, les circuits automobiles (à l’époque Nivelles, Zolder et Francorchamps encore non permanent) étaient de toute évidence parfaits pour permettre, en toute sécurité, la pratique du sport automobile.
Mieux, les circuits offraient l’occasion aux amateurs de vitesse de se déchaîner librement et de reprendre ensuite la route, « calmés », l’esprit serein,…
Il y avait bien la journée annuelle « des écuries » à Zolder. Mais une seule proposition ne suffisait pas !
L’occasion a fait le larron. L’annulation des Coupes Bénélux, le 30 juin 1973, libérait le circuit. En une semaine, Philippe DE LEENER, alors journaliste Chef de Rubrique Sports Mécaniques au quotidien Les SPORTS, a mis sur pied une journée de courses pour amateurs.
A l’entrée du circuit de Nivelles, des commissaires sportifs officiels ont bien tenté de détourner les candidats pilotes sous le prétexte qu’ils n’auraient jamais l’occasion d’obtenir une licence de pilote !
Pourtant, au fil des organisations (3 en 1973, 8 week-ends de course par année jusque 1990), Thierry Boutsen, Thierry Tassin, Jean-Michel Martin et son frère Philippe, Marc et Thierry Van Dalen, Pierre-Alain Thibaut (aujourd’hui directeur au circuit de Francorchamps), Eric Van de Poele, même Philippe Alliot (français, passé par après en Formule 1), Marc Duez (passé par la filière « karting » de notre club) et tant d’autres ont fait leurs premières expériences grâce à Rétrorganisation.
Le succès des courses « Rétro » a incité la mise en place de la structure ASAF (Association Sportive Automobile Francophone) et VAS (Vlaamse Automobielsport Vereniging), portés sur les fonts baptismaux par… Rétrorganisation !
Fière de son expérience, de son rôle dans l’histoire actuelle du sport auto en circuit,
Rétrorganisation a repris la… piste.
Pour permettre aux jeunes et moins jeunes, simples amateurs ou en quête de l’expérience nécessaire pour accéder aux niveaux supérieurs, de parfaire leurs qualités de conducteur en toute sécurité.
Que vive le sport automobile amateur circuit !